le déjeuner de la petite ogresse

Création 2002. Chorégraphie : Laurence Wagner - Danseurs : Isabelle Leroy, Frédéric Le Salle - Comédienne : Agnès Belkadi - Musicien : Laurent Cavallié - Lumières et scénographie : Pierre Heydorff - Régie : Bruce Tumbarello - Costumes : Judith Chaperon

Inspirée par la correspondance amoureuse et impudique de Joë Bousquet, poète audois, forcé par la grande guerre à vivre trente ans immobile sur un lit, cette pièce mêle la danse, la lecture et la musique. L’amour, ses contradictions et ses fantasmes sont au cœur du propos poétique. Désirs et rejets cheminent côte à côte, évoquent l’intime.
C’est dans le regard de l’autre qu’on lit son propre amour… Un regard de l’intérieur, plus proche, pousse la chorégraphe, avec la complicité de Pierre Heydorff, à transformer l’espace scénique. Avant de s'asseoir en face à face dans un rapport bi-frontal, le public partage l'espace des danseurs. Les spectateurs investissent-ils la scène ? Ou les acteurs s’engouffrent-ils dans l’espace public ? Un espace clos se créé, mouvant, ballotté par le mouvement de la danse intuitive, suave et rebelle. Le corps existe par les tensions, les convulsions et les relâchements qui l’habitent. Les interprètes chuchotent à l’oreille du public, le frôlent. Les mots sont troublants, sincères. La musique circule, voyage, nous transporte ; elle crée la distance et le dépassement.

(La pièce peut se jouer dans des lieux informels, bibliothèque, jardins…).